Le Grand Carnassier

Forum tyranide francophone
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chroniques de Rakshasa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Chroniques de Rakshasa   Ven 26 Fév 2016 - 3:17

Timeline Background

- Dans le segmentum tempestus, les cultes genestealers, avant garde d'une flotte ruche en approche, pénètrent dans le sous secteur de Mazonia.

- les genestealers infiltrent toutes les planètes du sous secteurs.

- La flotte ruche pénètre à son tour dans l'espace interstellaire de Mazonia.

- le culte genestealers en place sur le relais astropathique FO-MA47, se soulève isolant mazonia du reste de la galaxie.

- La flotte ruche approchant des systèmes de Liodeganero et Brachilia les cultes genestealers se soulèvent et assassinent les personnalités des deux systèmes.

- La flotte ruche attaque simultanément les systèmes de Liodeganero et Brachilia qui tombent tous deux en quelques jours.

- Mandala, les genestealers de  se soulèvent à leur tour, mais un astropathe de la planète parvient à envoyer un message qui tombe entre les mains de Getùlio Vargas.

- Mandala, la flotte ruche ravage la planète et son système. Lorsque Getùlio Vargas arrive sur place, il trouve un cailloux stérile. Il déduit la prochaine cible de la flotte ruche, Bombay.

- Bombay les genestealers passent à l'action, mais Getulio Vargas arrive sur les lieux et déjoue le complot. 

- Le système de Mazonia tombe entierrement.

- Orikan arrive dans le sous secteur de Desert à la recherche de la tombe d'Ashok.

- Plusieurs vrilles de la flotte ruche rakshasa pénètrent dans le sous secteur de Desert. 

- Orikan arrive dans le système de Nevdaa.

- L'une des Vrille majeur de Rakshasa pénètre à son tour dans le système de Nevdaa.

- Une Vrille mineur de Rakshasa atteint de système de Gobi.

- Nevdaa IV Orikan Localise la Tomb d'Ashok sur 

- Rakshasa assaille Nevdaa V et VI en bordure du système. Une enquête est ouverte suite à la perte de contact avec Nevdaa V, riche en gaz et surpeuplé. Les investigations sont mené par le capitaine Eilema des Dark Angels qui dépêche l'archiviste Azriel sur les lieux. Une fois sur place il fait face à flotte tyranide en train d'assaillir les Forces de Défense Planétaire.

- Nevdaa IV Orikan atteint  en même temps que la flotte ruche dont il défait l'avant garde pour atteindre le tombeau puis réveil Ashok.

- Gobi II une vrille mineur de Rakshasa atteint La basse atmosphère du planétoïde minier défendu par la Death Korp of Krieg du commandant Valentine.

- Ashok mène ses troupes hors de la crypte afin de réveiller d'autres sujets.

- Gobi II la death korp of krieg remporte une escarmouche lors de l'invasion tyranide lors d'une patrouille.

- Nevdaa IV La flotte ruche fait main basse sur la télécommande d'éveil.

- Nevdaa IV Ashok force les lignes tyranide et ouvre un accès à son armée vers les chambres de stase. Pendant le combat il subit plusieurs avaries critiques et doit confier le commandement provisoire à Orikan.

- Nevdaa IV Orikan descend dans les profondeurs de la crypte et réveille des milliers de guerriers mais en remontant vers la surface les tyranides l'empêche de rallier le gros de l'armé d'Ashok.

- Ashok dépêche une groupe armé commandé par le Cryptek Shekt. Le contingent force le blocus orbital tyranide et rallie le système de Gobi afin d'éveiller de nouveaux guerriers.

- Gobi II. Shekt repère la crypte de stase Necron, mais l'accès lui est interdit par la présence au défilé de Steinbeck de l'astra militarum aux prises avec les tyranides. Il décide d'appuyer les humains dans leur défense de la planète, afin d'accéder aux cryptes . Leurs forces combinées repoussent les tyranides.



- Shekt se retourne contre la Death korp of krieg et met en déroute les forces impériales.



- Gobi VII la flotte ruche Rakshasa est accroché par un détachement armé du vaisseau monde Saim-Hann commandé par le farseer Shilon Maurongael. Ce dernier repousse une vague tyranide alors qu'elle allait s'introduire dans une zone sous contrôle Eldar.



- Gobi VII Shilon Maurongael dévoile ses véritables motivations lorsqu'il essai de s'emparer d'un artefact Eldar pluri millénaire. Guidé par l'esprit de la ruche les tyranides s'interposent et font échouer l'opération de récupération après un engagement sanglant.



- Nevdaa IV Ashok de nouveau en état échafaude un plan afin d'établir la jonction avec les forces isolées d'Orikan.




- Gobi VII Shilon Maurongael  récupère l'artéfact aux mains de Rakshasa avant qu'il ne soit jeter dans un bassin d'ingestion. Il s'avère qu'il s'agit d'un coffret de pierres esprits dont la teneur en biomasse allèche les tyranides. Le sorcier parvient à rapatrier le coffret jusqu'à un portail warp dissimulé.

- Gobi VII la flotte ruche poursuit Shilon Maurongael et tente de forcer l'accès au portail warp. Malgré sa défaite, le sorcier Eldar parvient à sceller l'entrée de celui-ci. À la tête d'une faible force expéditionnaire isolé sur la planète, il prend le maquis.



- Nevdaa V L'archiviste Azriel mène une opération de nettoyage dans un secteur précieux pour les citées du Nord en gaz.

- Gobi VII Shilon Maurongael organise une opération pour localiser et abattre le tyran des ruches qui semble coordonner les actions majeurs tyranide sur la planète. Il débusque sa cible mais le monstre survie à l'assaut et fini par fuir.

- Gobi VII Shilon Maurongael continue ses opérations d'assassinat en ciblant cette fois-ci un tervigon. L'opération prend une tournure inattendu lorsqu'en arrivant sur le theatre d'opération celui-ci se révèle être truffé d'ancien piège mongheig. Le farseer lors de son avance est assaillit par un essaim de termagant. Mortellement blesser Sheala des aigles chasseurs parvient à convaincre Shilon Maurongael d'effectuer un saut warp avant de succomber à ses blessures. 


Dernière édition par Emmazael le Mer 4 Jan 2017 - 9:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Mar 21 Juin 2016 - 3:25

- Nevdaa V L'archiviste Azriel des Dark Angels mène une opération visant à stopper le contournement des lignes impériales par un bras d'armée tyranide et repousse les xenos.

- Sur Nevdaa V l'archiviste Azriel découvre un entrepôt impérial abandonné, lors d'une opération, contenant un baneblade en état de marche.

[color:14d4=rgba(0, 0, 0, 0.701960784313725)]

- Sur Nevdaa V L'archiviste Azriel remis sur pied mène une assaut ciblant un ensemble de bassin de décantation tyranide, et parvient à les détruire.




- Sur Nevdaa V L'archiviste Azriel des Dark angels tente d'ouvrir une brèche dans les lignes tyranide en avant garde d'un corps d'armée destiné à contourner le gros des troupes xenos mais la resistance est vive et Azriel ainsi que le corps d'armé son contraint au replie.





- Sur Nevdaa V le commandant Valentine et toute ses troupes arrivent en soutient en provenance de Gobi II ou ils ont abandonné le planétoïde aux tyranides afin de défendre Nevdaa V. Les renforts impériaux bien qu'en faible nombre sème le trouble dans l'esprit de la ruche en débarquant sur ses lignes arrières. Le grand dévoreur divise ses forces afin de détruire ce nouvel "obstacle". Débordé, les éléments de la death korp of krieg sont poussés au point de rupture. C'est alors que le seigneur commandeur de la planète Alfonde Dauret, l'archiviste Azriel et le commandant de la flotte en orbite Jefs Godlin lancent conjointement une vaste contre offensive sur les tyranides. Le combat se mène dans l'espace dans les airs, sur terre et dans les faubourgs des cites ruches jumelles du nord. L’opération est un succès et les tyranides refluent sur un front vaste de plusieurs centaines de kilomètre vers l'hémisphère sud de la planète. Azriel effectue la jonction avec Valentine qui, blessé pendant l'assaut tyranide, est rapatrié vers les cités du nord afin d'être sauvé par les médecins.

[color:14d4=rgba(0, 0, 0, 0.701960784313725)]

- Sur Nevdaa V l'archiviste Azriel prend part à une offensive ciblé dans l'hémisphère sud de la planète où sont en train de se regrouper les essaims tyranide. Azriel est à nouveau blesser pendant les combats et doit s'exfiltrer en urgence face à l'arrivé de renfort xenos.

[color:14d4=rgba(0, 0, 0, 0.701960784313725)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Ven 12 Aoû 2016 - 20:13

- Azriel et ses astartes écrasent un groupe isolé de tyranide sur Nevdaa V.







- Suite à son echec sur Gobi VII Shilon Maurongael  du vaisseau monde Saim Han prend une décision importante. La menace représenté par la flotte ruche Rakshasa remet en question tout l'équilibre du sous secteur de Desert et par extension la sécurité des planètes exotides Eldar du sous secteur voisin. Il décide donc de soutenir à distance les mongheigs et rallie la planète Nevdaa V ou ceux-ci on repoussé les essaims invasifs vers l'hémisphère sud. Lors d'un assaut éclair parfaitement mené il nettoie un groupe tyranide composé de nombreuses créatures synapse, réduisant d'autant l'influence de l'esprit de la ruche à la surface de la planète.



- Sur Nevdaa V L'archiviste Azriel tente de capitaliser sur le reflux ennemie et tente de couper les voies de retraite tyranide, mais l'esprit de la ruche prend son contingent à revers et blesse l'officier Dark Angel qui s'exfiltre en urgence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Lun 5 Déc 2016 - 12:01

- Les tyranides ayant massivement battu en retraite au dela de la ceinture equatorial l'overlord Ashok en profite pour rechercher les cryptes de stase dissimulées sous la croute terrestre et ce faisant tombe sur un contingent Eldar. L'accrochage est inévitable... 





... Après un accrochage sanglant les deux camps se repli sans avoir pris l'avantage sur l'autre.

Au même moment, dans l'hemisphère Sud de la planète un servo-crane éclaireur envoi ses dernière images...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Mar 13 Déc 2016 - 13:58

++Extrait d'archives tactique de la coalition++

La seconde offensive majeure Tyranide vient d'atteindre les ruines des cités équatoriales. Les premiers contacts font états de nouveaux organises.

Les xénos classé Hormagaunts présentent des signes d'évolution. Structurelement parlant ils sont dotés d'excroissances sur les poignets de leur paire de membres antérieurs pourvu de griffe.

Au combat l'archiviste Azriel rapporte une force accru. Certains individus ont percé l'armure terminator du frère Razian qui à pu être exfiltré.

Le détachement d'information et renseignement mené par Azriel est toujours en activité sur le terrain et nous fait parvenir ce cliché afin qu'il soit diffusé dans l'ensemble de la colatition.

Il préconise une extrême prudence en cas de contact, et d'éviter à tout prix le corps à corps pour les troupes ne disposant de blindage suffisant.

Le cliché que vous pouvez observer provient de l'un des trois servo-crâne employé par le détachement Azriel.



++En attente de nouvelles informations++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Lun 19 Déc 2016 - 22:11

Lorsque la spore mine explosa, le soldat de Krieg fut projeté contre un mur de tranchée derrière lui. La violence du choc lui fit perdre connaissance. 
Lorsqu'il retrouva ses esprits, il était plongé dans le noir. Il porta instinctivement ses mains à ses yeux afin de vérifier la source de sa cécité et fut soulagé en découvrant qu'il n'avait pas été blessé, la boue collante de la région avait simplement recouvert son masque à gaz réglementaire. 
Il essuya ses lentilles laissant malgré tout une fine pellicule de glaise troubler son champ de vision. Il pesta dans son langage natal tout en pataugeant afin de se relever. Sa parka étanche le préservait certes du froid et de l'humidité mais la terre accumulée à sa surface alourdissait ses gestes et en réduisait l'amplitude.
Il jura de plus belle mais une nouvelle explosion à un vingtaine de mètres l'obligeât dans un mouvement éclair de préservation à s'accroupir. 

Les tyranides remontaient vers le nord et leur organismes artilleurs d'avant garde avaient déjà pris place dans les ruines de la ville équatoriale de Zangust. Le soldat se trouvait dans un ancien bastion de défense planétaire dont les Dark Angels se servaient de base de lancement pour leurs opérations de repérages, et il avait fallu une défaillance majeure du système de communication impérial pour qu'il fut dépêché en tant qu'officier de liaison auprès des astartes. 

Émergeant d'un boyau, il trouva la position occupée par ses alliés post humains, dont l'un d'entre eux gardait l'entrée. A son apparition la sentinelle le mit instantanément en joue.

- Himura! lança t-il.
- Battosai, répondit le messager. 

L'astartes baissa son arme et le soldat approcha. Alors qu'il avançait, il nota que le feu avait léché la structure qui abritait l'avant post impérial, noircissant ses contours de plasbeton. L'Empereur seul pouvait bien savoir quelles atrocités avaient été perpétré ici même quelques mois auparavant, lors de la première offensive xénos. 

Le soldat vint se planter face à l'astartes en faction. L'homme à la livrée de Krieg plaqua une main sur sa poitrine, une aquila en signe de salutation. 

Le space marine du nom de Kanviel écrasait l'humain de ses deux mètres et son armure renforçait ce déséquilibre physiologique. Il examina attentivement le soldat kriegien, car les événements avaient plongés Nevdaa IV dans une paranoïa meurtrière. L'ennemi possédait de nombreuses formes et la suspicion parasitait constamment les pensées de tous le monde. Kanviel possédait l'incroyable faculté de lire les dispositions de ses interlocuteurs à leurs gestes et postures, mais son coup d’œil exercé ne décela rien d'hostile dans l'attitude pataude de l'impérial. Il rendit donc son salut au messager qui lui tendit une plaque de données déverrouillées. Ses codes opérationnels étaient à jour, il s'écarta  donc de l'entrée, le soldat en franchit le seuil et Kanviel se replaça pour reprendre sa garde silencieuse.

Le corridor de descente était mal éclairé et les lentilles sales du soldat n'arrangeaient rien à l'affaire. Il ressassait les leçons apprise lors de ses classes comme pour court-circuiter son anxiété, mais ces bonnes résolutions volèrent en éclats lorsque sa cuisse fut pénétré par une violente douleur, et il s'effondra alors en hurlant. Au fond du couloir s'ouvrit une porte dont jailli une lumière qui aveugla le Kriegien. Le bruit de pas blindés lui suggéra un astartes, et celui du cran de sûreté se déverrouillant, une mort imminente.

- Himura! tonna une voix.
- Battosai, Battosai, répondit le Kriegien, tiraillé entre douleur et terreur. Je suis votre agent de liaison, continua t'il, et je me suis ac... Il regarda sa jambe et eu un haut le coeur. Sa cuisse avait été ouverte par une tige de plastacier sur une dizaine de centimètre. L'astartes se rapprocha pour braquer le faisceau de sa lampe sur la plaie découvrant ainsi chairs et fémur. A cette vue, le kriegien vomit définitivement. L'astartes resta figé alors que l'agent impérial s'essuyait honteusement du revers de sa manche. Le Dark Angel aperçu la plaque de données tombée sur le sol poussiéreux. Il s'en saisit et tenta de l'allumer, mais constatant qu'elle était verrouillée par un code de sécurité, reporta son attention sur le messager.

- Geicko, parvint à articuler le blessé.

Le géant rengaina son bolter en l'aimantant à sa cuisse et pianota sur la plaque, qui finit par émettre un petit clic de déverrouillage. Il lu le contenu, s'approcha du kriegien puis lui tendit une main. Le soldat se releva mais lorsque sa jambe droite toucha le sol une douleur plus intense encore le fit défaillir. Avant qu'il ne s'effondre le space marine le rattrapa d'une main puis le cala sous son bras comme un simple colis. Le soldat Kriegien voulu conjecturer sur la facilité qu'aurait eu l'astartes à le broyer à la seule force de ses mains, mais la douleur qui irradiait depuis sa jambe le préserva d'aboutir son raisonnement.

Ils entrèrent dans une petite salle vivement éclairée ou était installée une table rouillée recouverte de cartes tactiques annotées. Le post humain posa le soldat dont la blessure avait ensanglanté le pantalon. Une porte s'ouvrit côté opposé et deux nouveaux astartes firent leur apparition. Le premier, certainement un archiviste portait un casque surmonté d'une coiffe psychique, alors que le second certainement un apothicaire avait un narcétium installé sur l'avant bras. Le psyker déverrouilla les accroches magnétique de son casque et découvrit une tête aux traits fermés et au crâne rasé. Sa puissante mâchoire commune à tous les astartes était parcouru par une impressionnante cicatrice. Les croûtes qui la parsemaient encore suggéraient qu'il s'agissait d'un récent souvenir de Nevdaa IV.

- Frère Leniel, pouvez-vous l'ausculter je vous prie? demanda le psyker d'une voix éraillé. 

- Bien Monseigneur, répondit le second dont les hauts parleurs de son casque filtrait la voix. Mais alors qu'il s'approchait du kriegien, le psyker reprit la parole.

- Vous avez de la chance que notre apothicaire ne soit pas parti en mission, il est le seul à posséder l'antidote. 

- L'antidote? répéta le soldat la voix chevrotante, alors que des suées froides commençaient à parcourir son corps.

- Nous avons enduit les tiges du couloir de Kailin, un neuro paralysant.

Avant que le krigien n'eut pu réagir l'apothicaire souleva sans ménagement le col du masque à gaz et piqua dans le cou du soldat.

- Vous serez sur pied dans quelques minutes... Enfin c'est une façon parler.

Le médecin découpa ensuite le treillis autour de la plaie du krigien, la douleur semblait s'être calmée, mais lorsqu'il pulvérisa  son antiseptique sur la chair à nue, le soldat compris que calmée n'était pas disparue.

- Vous êtes venu à pieds? demanda l'archiviste.

- Non Monseigneur, répondit-il entre ses dents, j'ai laissé mon marcheur quelques kilomètres au nord afin de ne pas révéler votre position.

- Les xénos nous débusqueront tôt ou tard, mais c'était une bonne décision soldat, rebondit l'astartes.

Le médecin avait entamé son travail de chirurgie, et après la pause d'un garrot, chaque passage de l'aiguille à travers les chairs faisait grimacer le soldat. Par chance son masque couvrait son visage et étouffait un peu ses gémissements.

L'astartes qui l'avait accompagné tendit la plaque de données à son supérieur.

- Geicko Monseigneur, ajouta le géant.

L'archiviste pianota sur la plaque qui se déverrouilla à nouveau, puis il releva la tête. 

- Merci pour les nouvelles, dit l'archiviste en désignant la plaque de données. Quand êtes vous parti de votre base?

- Hier matin Monseigneur, répondit l'humain.

L'archiviste considéra la plaque en silence. Au dehors, les explosions de spores mines se faisaient toujours entendre bien qu'étouffées par les deux portes qui les en séparaient. L'une d'entre elle détonna plus fort. La surface du bunker avait dû être atteinte car les murs tremblèrent, laissant tomber quelques fragments de maçonnerie.

- Frère Azriel? La voix émanait de l'astartes qui avait recueilli le messager.

- Oui frère? s'enquit l'archiviste Azriel.

Le space marine tapota sur le côté de son casque, le psyker comprit et remit le sien. Il resta debout immobile comme pour se concentrer sur une chose imperceptible. Le kriegien compris que l'archiviste écoutait une communication lorsque celui-ci hocha de la tête. Lorsqu'il activa les hauts parleurs de son casque, la voix d'Azriel s'était mue en une mélodie monotone et synthétique.

- Arzim avec moi, Leniel vous finissez de le rafistoler.  


Ils sortirent tous deux de la pièce au  pas de course refermant derrière eux la porte blindée. Le médecin avait presque fini de prodiguer ses soins, le soldat krigien perlait à grosses gouttes et serrait les dents pour ne pas gémir. Il était en présence d'astartes, l'élite de l'Impérium, il se devait d'être exemplaire au nom de Krieg. Cette présence des fils de l'Empereur l'emplissait d'une dévotion et d'un courage supplémentaire, et il retint la douleur au fond de sa gorge.

Une série de coups de feu leur parvinrent de l’extérieur.  Qui pouvait bien attaquer une position astartes? Les tyranides devaient être à une demie journée de marche d'ici, les Eldars avait pris position loin au nord Est, et la cité renégate n'aurait jamais risqué une telle excursion aussi loin de chez elle. Ne restait que les necrons qui s'étaient évanouis dans la nature quelques jours auparavant. Les coups de feux se multiplièrent et gagnèrent en intensité. La première porte du bunker s'ouvrit au loin, et la rumeur des combat monta d'un ton. De lourdes bottes blindées martelèrent le corridor au pas de course, puis la seconde porte s'ouvrit déversant le hurlement des armes dans la pièce. Le psyker refit son entrée. 

- On évacue, ordonna t-il, prenez-le avec vous!

- A vos ordre! Leniel souleva le messager, sa blessure le lança mais cette fois il ne put réprimer son cri. L'astartes cala l'humain sur son énorme épaulette, et le soldat hurla de nouveau lorsque plusieurs points de  sutures lâchèrent.

Ils remontèrent tous trois le corridor vers la sortie alors que les coups de feux perdaient en intensité. Trimbalé comme un sac de féculose, le krigien ne voyait que le pack dorsal orné de textes sacrés de Leniel, mais il sentait surtout le sang couler le long de sa jambe meurtrie.  Lorsqu'ils furent dehors la fusillade avait pris fin, remplacée par le ronronnement de nombreux moteurs. Le soldat éprouvé ne voyait que la porte du bunker. Les astartes devaient échanger entre eux sur leur réseau de communications privé car le krigien ne distinguait aucune voix. 

Leniel changea de direction et par la même le paysage du krigien qui pu constater que de nombreux astartes avaient rejoint la position. Des scouts et des motos pour la plupart, mais un land speeder tanguait gracieusement au dessus du sol.  Les cadavres de petites créatures ailées à chitine verte jonchaient le sol : les tyranides étaient donc en avance sur les prévisions. Cette pensée glaça le sang du messager.

Les turbines d'un thunderhawk en approche couvrirent le concert de moteurs. Tous les astartes à pied se mirent à courir dans sa direction. En remontant le terre plein qui surplombait le bunker, le kriegien pu apercevoir au loin les ruines de Zangust. Entre les bâtiments, sur une longueur de plusieurs kilomètres, se déversait un brouillard opaque. Cette vision lui décrocha la mâchoire, car sous cette brume impénétrable grouillaient des milliers, surement des millions de tyranides, il ne le savait que trop bien. La seconde vague d'assaut submergeait déjà Zangust, il fallait évacuer.

- Mon marcheur, commença faiblement le soldat, au milieux du tumulte. Sa voix ne portait pas assez, il prit donc une inspiration pour crier: Mon marcheur est à quelques kilomètres je dois le récupérer! Mais Leniel ne lui prêta aucune attention. 

Le souffle brûlant du thunderhawk emplissait l'air annonçant une exfiltration imminente, et son chant suraiguë meurtrissait les oreilles du soldat. Ils montèrent à bord et Leniel posa le soldat dans un fauteuil trop grand, puis le sangla. La douleur le faisait transpirer et gémir mais il prit sur lui lorsque l'archiviste prit place en vis à vis.

- Je dois récupérer mon marcheur Monseigneur, signala le membre de l'astra. Le psyker retira son casque et se fendit d'un large sourie.
- Comment vous appelez-vous soldat? demanda t-il.
- Première classe Keneda du 34-27 Eclaireur de Krieg Monseigneur.
- Et bien Keneda vous avez décidément de la chance. L'Empereur vous ordonnera un jour de mourir pour lui, mais aujourd'hui je n'ai rien entendu vous concernant. Je ferai un rapport en rentrant concernant le courage dont vous avez fait preuve pour nous apporter ce message. Le psyker conclu sa phrase d'un petit clin d’œil complice. 

- Loué soyez-vous Monseigneur!
- Remerciez l'Empereur Keneda, répondit-il. Son rire éraillé réchauffa le cœur de Keneda. La porte latérale du thunderhawk se referma et ses turbines montèrent en régime.
- Vous avez déjà voyagé en thunderhawk soldat? 
- Non Monseigneur pourqu... La poussé soudaine de l'appareil le plaqua dans son fauteuil avant qu'il n'eut fini sa phrase. La gravité écrasa son estomac comme un rouleau compresseur, et Keneda vomit à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Mer 28 Déc 2016 - 23:42

L'overlord Ashok est défait lors de l'assaut tyranide sur Charity Tercius

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Mer 28 Déc 2016 - 23:51

La résistance de Verinradger

Au matin du sol 576, Nevdaa IV est plongée dans la guerre. À 8h24, la portion du front tenue par l'overlord Ashok est la première de la ligne Thermopiles à essuyer la vague d'assaut de la flotte ruche Rakshasa. 

À 30 kilomètre de là, l'ancien bassin minier de Verinradger est tenu par un détachement de l'astra militarum. 8h25, le commandant Ker-Maren signale un assaut sur la position Ver03. Un pack tyranide tente de forcer sa position. Seul rescapé, le première classe Keneda Perbun du 34/27 éclaireur de Krieg nous fait parvenir son rapport.

--

J'ai détecté la signature auspex des tyranides à 8.25 du sol 576.

J'ai immédiatement alerté le commandant Ker-Maren à la tête de notre détachement. Nous étions principalement équipés de pièces d'artilleries destinées à affaiblir les groupes tyranides de catégorie 2 et 3. J'ai eu un contact visuel à 8.26. Contrairement à nos prévisions, le pack contenait majoritairement des créatures de catégorie 1 et 2 , dont un carnifex.

Nos ordres étaient clairs, il nous fallait tenir la position coûte que coûte. Dès les premières secondes, la réactivité de notre commandant nous a permis de prendre l'initiative face aux assaillants. 

Nos pièces de soutien ont harcelé au delà du possible le pack tyranide. Avant même qu'ils n'aient pu répliquer, les xénos avaient déjà subit des pertes dont une arme longue distance de type "canon venin". J'ai réussi à contourner le pack et à les harceler tout au long de l'assaut en veillant à toujours rester hors de portée de leurs armes profilées pour le combat à mi-distance. La présence d'un xénos classé "Venomthrope" nous a rendu la tâche particulièrement ardue. Nous pensions avoir touché à chacun de nos tirs, mais lorsque les tyranides furent en mesure de répliquer, le constat fut amer : seuls quelques catégorie 3 avaient été abattues.

Les xénos ont fait preuve d'une incroyable capacité d'adaptation en modifiant mètre après mètre leur formation en fonction des armes que nous employions. La créature de première catégorie fut notre principal problème. Celle-ci utilisait une arme que nous n'avions pas rencontré jusque là. À elle seule, elle a abattu nos armes lourdes, le leman russ "Le fervent" ainsi que le commandant Ker-Maren et son escouade de commandement. 

De mon côté, je réussi à abattre un guerrier tyranide afin de nettoyer la position. La créature avait cependant endommagé mon système d'arme, j'étais donc sans défense lorsque le carnifex se retourna contre moi, après avoir tué les sevrants du thudd gun. J'eu beaucoup de chance lorsque celui-ci me mitrailla, car je réussi par quelques mouvements d'esquives à éviter la destruction de mon marcheur. Je dû me résoudre à tenter le tout pour le tout. Je lançais ma sentinelle à pleine vitesse dans sa direction. J'avais remarqué une profonde blessure au niveau de son thorax et il semblait perdre beaucoup de sang, si on peut appeler "sang" le liquide violacé qui s'en échappait. Je saisis ma chance et à quelques mètres je me décalais pour éviter sa charge, et réussi à le percuter avec le toit de ma sentinelle. Le choc fut si violent que je perdis connaissance. 

Je fus réveillé lorsque que des membres du 67/94ème infanterie de Krieg ouvrirent la trappe de ma machine pour m'en extraire. J'ignore combien de temps je suis resté inconscient, mais lorsque je sortis, le carnifex gisait, ses immenses griffes posées sur ma machine. Je regardais le monstre au regard éteint avec la crainte secrète qu'il ne se relève. Les hommes du 67/94ème de Krieg m'apprirent qu'ils avaient eux aussi subit un violent assaut sur Ver04.

L'Empereur a veillé sur moi, mais je prie pour qu'il veille sur nous tous jusqu'à ce que tous ces xénos soient exterminés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Lun 2 Jan 2017 - 9:31

-----------------------------------------COALITION---------------------------------------------------


Le thunderhawk du maitre de compagnie Dark Angel Isaak Jeremian se posa sur la plateforme N•3 du palais qui était accroché à la cime de la ruche impériale d'Aden. On pouvait contempler les étendues de Nevdaa IV en contre bas et même apercevoir au loin les contours menaçant de Badora et Padmyre, malgré le voile nuageux qui nimbait la pointe de la cité ruche.

À cause du souffle violent des moteurs, les robes de l'ordonnance personnelle du gouverneur planétaire fouettaient dans le vent. La porte latérale gauche de l'appareil s'ouvrit dans un claquement sec et le maitre de Compagnie, paré de son armure d'un vert profond, en sorti tête nue. Son visage carré, habillé d'une barbe taillée, était serti d'yeux vert-gris.

L'ordonnance du gouverneur planétaire vint à sa rencontre alors que le hurlement des turbines l'obligeait à se couvrir les oreilles. 

La patine terne, les accrocs et les nombreux impacts sur l'armure d'Isaak Jeremian contrastaient avec les couleurs vives et la finesse des robes Nevdiennes. 

- Fraxis Chavier! se présenta l'homme en tendant sa main à l'astartes. Celui-ci ne la saisit pas, et répondit par une aquila solennelle. 

- Je suis l'ordonnance du Gouverneur Alfonde Dauret, je suis chargé de vous guider au sein du palais!

- Enchanté, pourriez-vous me guider en salle de briefing je vous prie! Surprenante, la voie de l'astates était douce et profonde et s'opposait à celle suraigüe de l'intendant. 

- Ne désirez-vous pas vous restaurer avant? lui demanda ce dernier.

Isaak Jeremian considéra tranquillement Fraxis Chavier avant de répondre.

- Non merci, répondit-il d'un ton neutre.

- Suivez-moi! Dit-il en tournant les talons prestement. Le ton était sec, mais le maitre de compagnie se contenta d'un léger plissement du front avant d'emboiter le pas de l'ordonnance qui s'éloignait déjà. 

Sur une plate forme voisine, une valkirie atterrissait et Jeremian y reconnu, frappé sur son flanc, le symbole de la Death korp of Krieg.  S'engageant aussitôt dans un sas, il n'eut pas le temps d'en voir les occupants. 


Fraxis lui fit traverser un dédale de couloirs qui fini par aboutir sur une avenue couverte. Même proche de la pointe, la cité ruche était encore traversée par deux grands axes perpendiculaires. De part et d'autre de la chaussée, les façades simulaient la vie d'une métropole normale, bien qu'elle abritait en réalité les bâtiments administratifs de la planète. La cité ruche d'Aden était densément peuplée et centralisait l'activité politique du sous secteur tout entier. Isaak Jeremian conjectura quelques instants sur l'immensité de l'appareil administratif impérial, mais revint à lui lorsque Fraxis le questionna abruptement :

- Comment ça se passe au front? Se permit-il de demander. Hors de la nomenclature militaire, Jeremian n'était pas regardant sur le protocole, cependant il enregistra l'absence totale de respect dans la formulation, mais ne releva pas ce manquement.

- Ces informations sont classées confidentielles, je ne puis rien vous en dire. 
Son ton était calme et transcrivait le conditionnement martial du personnage qui en tant normal suffisait à impressionner l'humain ordinaire. 

- Oui, oui, je comprends, balaya Fraxis d'un geste négligeant de la main.

Sur l'avenue l'activitée était intense. Les militaires coalisés en uniformes côtoyaient les bureaucrates locaux vêtus de robes ornées de motifs bigarrés, aussi bien que les servants dépenaillés ou les agents de maintenance en combinaisons sales. Malgré l'agitation, tout ici semblait loin du conflit dramatique qui se jouait à la surface de Nevdaa IV. L'invasion tyranide avait atteint la planète il y a deux mois et la coalition improvisée avait miraculeusement contenu la première vague xénos. La prouesse tenait à l'arrivée sur Nevdaa IV d'autres xénos dont les actions de terrain, indépendante du commandement impérial, avaient fait refluer les tyranides vers le sud. Mais loin de sauver la planète, ces arrivées impromptues avaient tendues la situation géo-politique. Necron, Eldar, et renégats du chaos semblaient partager un certain interêt pour la planète, bien que les motivations de chaque belligérant échappaient encore à la compréhension de Jeremian.

Fraxis s'engagea dans un bâtiment frappé de l'aigle bicéphale et Jeremian le suivi. Une odeur âcre et sucrée imprégnait l'air ambiant ce qui arracha un léger rictus de dégout à l'astartes. L'activité était frénétique, les gens courraient de tous côtés, les annonces sur hauts parleurs se succédaient à un rythme effréné, pendant que des servos crânes flottaient à vive allure d'une porte à l'autre. L'hystérie de la guerre s'était installée dans les locaux de ce quartier général improvisé. Jeremian en fut rassuré, car jusqu'à présent il s'était figuré une certaine apathie de la part des instances gouvernementales. 

Quelques minutes plus tard ils furent arrivés dans une salle de briefing éclairée par des lumiglobes au rayonnement blafard. Densément peuplée par le personnel militaire, elle avait été aménagée à la va-vite. Certaines pièces du mobilier d'origine, telles les divans et les copies de tableaux de maîtres antiques côtoyaient les instruments radio, les auspex et les écrans de contrôle. Au centre de la salle se trouvait une table holographique projetant une vue de Nevdaa IV que plusieurs personnalités semblaient étudier avec attention. Jeremian reconnu immédiatement l'amiral de la flotte impériale du sous secteur : Jefs Godlin. Debout les bras croisés, l'homme lui faisait face de l'autre côté de la table. Son visage buriné était barré par un front dépourvu de sourcil au dessus duquel s'épanouissait une forêt de câbles et de fiches. Jeremian avait tissé des liens étroits avec l'amiral lors de la contre attaque massive qui avait repoussée les tyranides vers l'hémisphère sud. Godlin avait prouvé sa valeur par de nombreuses manoeuvres audacieuses dont une avait mené son seul croiseur dans l'espace aérien xénos. Il estimait l'homme, autant pour son caractère affable, que pour son brio tactique.

Légèrement à l'écart, trois hommes en robes longues étaient étendus sur des divans tapissés de tissus écarlates et discutaient. La richesse de leurs vêtements en disait long sur leur fonction qui devait être plus administrative que militaire et Jeremian se posa la question de leur présence en salle de briefing. Le plus massif d'entre eux, celui dont les yeux avaient été remplacé par des oculaires sophistiqués, releva la tête et sembla fixer l'astartes. 

Autour de la carte tactique, un officier imperial fist en armure terminator et le crâne chauve surmonté d'implants, remarqua l'arrivée du Dark Angel et se signa d'une aquila fière. Il devait être arrivé depuis peu au vu de la netteté de son armure, mais la présence d'un frère de bataille réconforta Jeremian qui lui rendit son salut. 

Émergeant des ombres, un eldar s'avança vers la table holographique. Il portait un heaume noir, une ample robe blanche, et un plastron constellé de pierres et de runes raffinées. À sa taille pendait une fine lame aux courbes étranges. Dans un mouvement réflexe, Jeremian porta la main à son pistolet bolter, mais retint son geste lorsque le bruit des vérins pneumatiques de la porte dans son dos annonça de nouveaux arrivants. Il tourna la tête et vit entrer le Commandant Valentine de la Death Korp of Krieg. C'était probablement son appareil qu'il avait aperçu en arrivant. Il connaissait l'humain : virulent, brave, mais surtout un officier hors pair. Il était suivi par le commandant Weygand des forces de défenses planétaire, émacié et le pas trainant. Valentine eu la même réaction que Jeremian lorsqu'il découvrit la présence du xénos, mais avant que le kriegien s'en prennent à l'eldar, une voix paniquée intervint. Elle appartenait au pachydermique gouverneur planétaire Alfonde Dauret, qui avait bondit de son fauteuil à la marquèterie luxueuse.

- Non! Commandant Valentine, calmez-vous, cet eldar...


- ...Ce xénos, corrigea Valentine dégouté.


- Oui oui, ce... xénos, souhaite nous apporter son aide. 

Le Dark Angel reporta son attention sur Dauret qui suait à grosse gouttes, puis décrispa la main de son arme avant de prendre  posément la parole :

- Par l'Empereur, que signifie ceci? demanda-t'il.

- Oui Monsieur le gouverneur, j'aimerai bien comprendre moi aussi ! questionna Valentine sur un ton réprobateur.

- Ça ne me plait guère plus, intervint l'Imperial Fist. Cependant, il semblerait qu'il ait des informations à partager, et au vu de notre situation, j'aimerais les entendre avant d'agir. 

Valentine ravala sa colère dans un souffle désapprobateur. Avant que Dauret ne put répondre, ce fut l'un des trois civil qui prit la parole :

- Maintenant qu'on est tous là, on peut savoir à qui on a à faire? L'homme qui venait de poser la question de sa voix rogomme, était le plus petit des trois civils. Ses yeux trop proches et son faciès étiré le faisait ressembler à une souris, mais Jeremian se garda bien de faire tout commentaire.

- Je vous retourne la question? Demanda Valentine qui fusillait le civil du regard.

- Messieur, messieur, s'interposa Dauret, un peu de calme je vous prie. Je vais vous expliquer mais je vais d'abord vous demander de garder votre calme. Il marqua une pause et son regard craintif parcouru la salle afin de recevoir l'assentiment de tous. Seuls les opérateurs radios et le bip constant des machines résonnaient, figeant ainsi la salle dans un climat de tension extrême. Chacun souhaitant manifestement préserver le statu quo, Dauret pu reprendre :

- Je vous présente donc le farseer Shilon Maurongael du vaisseau monde de Saim-Hann.
L'eldar ne bougea pas et Dauret se tourna vers les civils :

- Ces trois messieurs, Keril   Ramberlain, Neiser Sauzé et Barter Curke, sont respectivement les haut administrateurs des cités ruches de d'Aden, Padmyre et Badora. 

Ramberlain se leva prestement puis s'inclina en signe de respect. Il possédait une barbe fournie au dessus de laquelle émergeait un nez épaté. Ses cheveux longs et noir tombaient sur ses épaules en un tressage soigné.

L'homme aux oculaires, Neiser Sauzé, se leva également, dépliant son immense carrure qui dépassait de deux têtes celle de Ramberlain. Il se courba pour saluer les nouveaux arrivants.

Barter Curke, l'homme rongeur, ne prit pas la peine de se lever et se contenta d'un geste trainant de la main. Le gouverneur poursuivit les présentations :

- Voici le capitaine Daranth Lysander de la 1ere compagnie Impérial Fist qui est arrivé en renfort il y a quelques heures seulement, ainsi que le maitre de compagnie Isaak Jeremian des Dark Angel. L'un salua l'assemblée d'un mouvement de tête alors que l'autre resta stoïque, puis Dauret reprit la parole :

- Pour ceux qui ne les connaissent pas, voici les commandants Valentine de la Death Korp of Krieg et le commandant Weygand des forces de défenses planétaires. Le kriegien fit claquer ses bottes tandis qu'il saluait l'assemblée d'une aquila règlementaire, ce qui réveilla le second qui l'imita sans conviction.

- Et enfin voici Jefs Godlin, amiral de la flotte impériale du sous secteur de Desert. Ce dernier plaqua sa main contre sa poitrine dans un mouvement d'une lenteur calculée.

- Bien, continua Dauret, si je vous ai convoqué, c'est pour affiner notre stratégie de défense face à la menace tyranide.

- Ah! Nous sommes d'accord, nous parlons stratégie. Alors pourquoi trois civils et un xénos? demanda Valentine ouvertement agressif. Dauret sortie un mouchoir brodé de dorures puis épongea son front dégoulinant. Affalé sur son divan, Barter Curke baissa le visage pour dissimuler un sourire narquois.


- On peut savoir ce qui vous amuse? demanda Valentine à l'administrateur.


- Commandant Valentine.
Le ton de Jeremian était doux mais son regard strict planté dans celui du kriegien canalisa ce dernier qui finit par détourner les yeux.


- Et bien, repris Dauret, les hauts administrateurs gèrent les ressources de la planète et l'amiral Godlin m'a fait part de l'avancée alarmante de la flotte ruche en orbite. J'ai pensé que leur présence pourrait nous être utile afin de nous préparer à un éventuel blocus.


Les astartes et les officiers de l'astra tournèrent leur regard vers l'amiral qui se contenta d'un hochement de tête pour confirmer les dires de Dauret, puis Lysander pris la parole :

- N'est-ce pas votre rôle gouverneur de gérer les ressources de cette planète? 

- Si Monseigneur, mais... commença le gouverneur.

- Peu importe frère, la logique est là, intervint Jeremian se portant ainsi à la rescousse du gouverneur. Le maitre de compagnie se retourna vers les administrateurs et leur demanda :

- Et donc messieurs, de quelles réserves disposons-nous?

Ce fut Neiser Sauzé qui prit la parole. Il sortit une plaque de données dissimulée sous ses robes, puis ajusta le focal de ses prothèses oculaires.

- Je tiens à commencer en vous informant que nous avons d'ors et déjà mis en place un système rationnement dans nos cités  respectives, tant au niveau énergétique qu'alimentaire. Toutes nos ressources seront mises à votre disposition ainsi qu'à celle de vos troupes. Nous souhaitons participer à l'effort de guerre, et même si je le regrette, cela passe par quelques privations pour la population.

- Et nous vous en remercions, rebondit Dauret tentant grossièrement de flatter son interlocuteur. Sauzé le remercia d'un signe de tête avant de reprendre :

- Voici donc l'état de nos réserves : il nous reste sept mois de gaz, cinq mois de prométhéum, un an de carburant et un mois de vivre. 

- Un mois, c'est peu, dit Weygand. C'est alors que Keril Ramberlain prit la paroles :

- C'est à dire que nous étions jusque là dépendant de l'approvisionnement de La Lauce, justifia l'administrateur à travers sa barbe.

- Et l'arrêt impériale sur l'indépendance alimentaire? demanda Valentine réprobateur.

- Allons commandant, vous savez très bien que... commença Barter Curke sur un ton empreint d'arrogance. Sauzé le court circuita d'un geste de la main et Jeremian compris que celui-ci souhaitait calmer le jeu :

- Vous avez raison commandant, nous contrevenions au règlement impérial, mais je voudrais nuancer la chose. Premièrement parce que notre production n'était que très légèrement en deçà des indices impériaux, et deuxièmement parce que nos terres cultivables se trouvaient dans l'hémisphère sud, celles-là même que les tyranides ont ravagé.

- Peu importe, intervint Lysander, nous sommes face au fait accompli et nous allons devoir faire avec. Désormais nous avons besoin de fédérer plus que de diviser. 

- Je vous rejoins frère, appuya Jeremian qui comprenait l'impératif d'éluder un débat bureaucratique désormais superflu.

 Le silence s'installa une nouvelle fois dans la salle de briefing et les paroles de l'Imperial Fist firent consensus. Ce fut le commandant Weygand qui brisa le silence :

- Avons-nous un quelconque espoir de recevoir de l'aide extérieur? Sa voix hésitante trahissait la crainte qui germait en lui.

- Peu probable, répondit Jeremian. Les écrits du commissaire Kryptman sont assez explicites la-dessus. Dès qu'une flotte ruche atteint un système, il se retrouve isolé à tout point de vue et mes psykers semblent le confirmer par l'expérience. Toutes nos tentatives de joindre les relais atropathiques voisins ont échoué jusqu'à présent.

Valentine, Dauret et Weygand baissèrent la tête déçu avant que Lysander ne reprenne :

- Pour ma part, j'ai une piste. J'étais en mission dans le sous secteur de La Lauce lorsque j'ai intercepté un vaisseau rogue trader qui fuyait Désert. Après avoir recueilli leur témoignage, j'ai tenté de contacter Nevdaa IV. N'ayant reçu aucune réponse j'ai décidé d'évaluer la situation par moi-même, et me voici. La bonne nouvelle est que je partageais ma dernière mission avec un contingent Space Wolf. La mauvaise est que flotte s'était déjà  translatée lorsque j'ai appris les évènements. Dans un premier temps, j'ai relayé l'information auprès des systèmes voisins, puis j'ai dépêché l'un de mes officiers auprès des fils de Russ. 

- Une bouteille à la mère, se désola Weygand.

- C'est déjà quelque chose, tenta de positiver Dauret dont le sourire trahissait une certaine candeur.

- Si les dirigeants des systèmes voisins ne sont pas idiots, ils comprendrons l'interêt de nous soutenir. Si nous tombons, ils suivront, dit Valentine autant pour lui que pour l'assemblée.

- Partons de l'idée que nous sommes seuls, trancha Jeremian posément avant de reprendre, tant que nous parlons ressources, j'aurais une requête. Il s'adressa aux administrateurs :

- Vous allez devoir instaurer la conscription dans vos cités, messieurs.
Keril Ramberlain d'Aden sursauta à ces mots et chercha de l'aide auprès de ses pairs qui n'avaient eux, pas sourcillé. Ce fut Sauzé qui répondit :

- Il y un problème Monseigneur, nous avons à faire à une population paniquée qui lutte déjà avec la questions des réfugiés et celle du rationnement. La conscription provoquerait un soulèvement populaire mal venu...

- Imbéciles, lâcha Valentine entre ses dents.

- Pardon? s'enquit Sauzé.

- Par le trône, les tyranides vont tous les bouffer avant qu'ils ne voient leur propres interêt, rétorqua le kriegien.

- Que vous ayez raison ou non commandant c'est un fait. Ce sont des civils terrifiés, argumenta Sauzé. 

- Conneries... pesta Valentine.

- Messieurs! tonna Jeremian. 
C'était la première fois qu'il levait le ton, mais cela fit son effet, et le silence revint. Le dark angel s'adressa à Dauret :

- Vos services de propagande sont-ils toujours fonctionels Gouverneur? demanda-t-il alors que sa voix avait repris sa douceur initiale. Avant de répondre, Dauret jeta un coup d'oeil aux administrateurs. Curke acquiesça d'un mouvement de tête, comme pour lui donner la permission de parler :

- Oui Monseigneur, finit-il par répondre.

- À la bonne heure, alors voici comment vous allez procéder. Dans un premier temps vous déclarerez que l'Empereur fait appel aux volontaires prêts à prendre les armes. Cela fera office d'implant dans l'esprit des citoyens et les préparera pour la suite. Deux jours plus tard, vous annoncerez que la flotte ruche progresse dramatiquement vers le nord. Il suffira d'annoncer la conscription obligatoire dans la foulée, l'instinct de survie devrait faire le reste.

- Vous comptez instrumentaliser la peur des citoyens? demanda Dauret la voix tremblante.

- C'est un outil comme un autre, lui répondit Jeremian stoïque. Il glissa un coup d'oeil vers les administrateurs, Curke souriait le regard malicieux.

- Mais, hésita Dauret, avez-vous de quoi armer tout le monde? Ce fut Weygand qui répondit :

- D'ici peu, nous n'aurons plus assez d'armes ou de munitions pour nous même...

- Mais les baïonnettes sont inépuisables, compléta Valentine.

- Exact, à partir de maintenant, chaque paires de bras sera utile, conclu Jeremian. 


- Si c'est la volonté de l'Empereur, dit Dauret dans un souffle qui trahissait son effroi.


- Ça l'est, appuya Lysander . À ces mots un petit rictus de gène déforma la bouche de Valentine. 


- Pour l'Empereur, déclama le Kriegien pour chasser ses doutes, et l'assemblée lui fit écho.


- Vous utiliserez les bulletins de propagande pour vanter les actions héroïques des troupes citoyennes, ajouta Jeremian, cela devrait galvaniser le peuple un certain temps. Le hochement de tête de Dauret fit acte d'approbation.


- Bien, reprit Jeremian, j'aimerai maintenant aborder la question des xénos, et en premier lieu celle de la présence de notre invité. 
Shilon Maurongael, qui était jusque là resté  en retrait et silencieux, s'avança vers le centre de la salle, et Jeremian reprit :

- Nous aimerions tous connaître la raison de votre présence sur cette planète et encore plus la raison de votre présence dans cette pièce? L'eldar laissa un instant la question en suspend puis entama sa réponse dans un haut gothique maîtrisé :

- Le grand ennemi est sur cette planète Mongheig.

- Pourriez-vous préciser je vous prie, rétorqua Jeremian posément, presque tout le monde est le grand ennemi sur cette planète. L'eldar sembla considérer la question puis répondit :

- Les tyranides sont les plus pressants, mais l'entité que vous nommez... Maurongael sembla chercher ses mots... chaos, s'est immiscée dans vos rangs.

- J'ai lu un rapport faisant état d'un apôtre noir qui se fait appeler Karaveda, confirma Lysander. Il semble avoir acquis des partisans sur  Nevdaa, notamment auprès des populations de réfugiés, et mène des raids sur des camps de la FDP. 

Weygand se racla la gorge pour chasser la gène qui l'obstruait :

- Mes hommes traquent ce renégat et ses troupes en ce moment même. Il n'a nulle part où se cacher. Sa mise hors d'état de nuire n'est qu'une question d'heure.

- Comment expliquez vous qu'il vous ait échappé jusqu'à présent Commandant? demanda Curke dont le visage s'était obscurci. Face au silence embarrassé de Weygand, ce fut Jeremian détourna la conversation :

- Mes archivistes m'ont fait part d'un ressentit qui corrobore vos dires. Mais ils n'ont pu m'en dire plus, eux non plus. Le blocus psychique  tyranides parasite nos sondages de l'immaterium, même si la traque d'hérétique est notre spécialité.Quoi qu'il en soit, je vous fournirai des hommes avec qui vous formerez une commission d'enquête. 

- Merci Monseigneur, répondit Weygand reconnaissant et en parti soulagé.
Jeremian reposa son regard sur Maurongael.

- Avez-vous des informations à partager, xénos? demanda l'astartes.

- Les trames du destin m'ont appris que le... chaos dispose de force importante, répondit évasivement l'eldar.

- Les trames du destin, par la sainte Terra, qu'est-ce donc que cela? demanda Weygand.

- Des visions Mongheig, répondit Maurongael.

- Et vous êtes venu vous foutre dans ce merdier, juste pour nous partager vos visions? demanda Valentine.
Une nouvelle fois, l'eldar prit le temps de considérer la question avant de répondre :

- Pas exactement mongheig, je suis ici parce que... nous avons des intérêts communs. 

- Lesquels? demanda Dauret fébrilement depuis le fond de son fauteuil.

- Je ne puis vous les révéler précisément car ils mettraient  mon peuple en péril... La déception pris forme sur le visage de Dauret... En revanche, reprit-il, ce que je peux vous dire, c'est que nous souhaitons combattre à vos côtés contre le dévoreur de monde et le grand ennemi... 
La réponse alambiquée de Maurongael fit exploser Curke :

- Votre peuple en péril, et le notre alors, il a pas l'air en péril?

- Non, répondit simplement l'eldar, ce qui suffit à stupéfier Curke qui se tu, comme foudroyé. 
Pragmatique, Lysander ne laissa pas le silence s'installer :

- Quand vous dites : "vous battre à nos côtés", qu'entendez-vous par là?    Jeremian nota la justesse de l'intervention et attendit la réponse de Maurongael.

- Tout d'abord une aide militaire, nous sommes prêts à engager nos forces. Nous pouvons dès à présent  nous déployer sur cette planète.

- Par l'Empereur, comment comptez-vous réussir ce tour de force? La question émanait de l'amiral Godlin qui s'était fait discret jusqu'à présent.

- Nos auspex, poursuivit-il, n'ont rapportés aucun contact en dehors des bio-vaisseaux tyranides dans le système. 

- Nous possédons... L'eldar marqua une pause afin de peser ses mots... des accès direct à votre planète. 

- Lesquels? Demanda Lysander sur un ton inquisiteur. 
L'eldar resta muet.

- Vous vouliez une alliance, alors ça commence maintenant Xénos! dit Valentine avec une maîtrise inédite dans chacune des inflexions de sa voix. 

- Des êtres aussi intelligent que vous, venir par charité pour nous aider, je ne crois pas non... Il marqua une pause. Pour venir mourir ici, il faut être acculé. Il marqua une seconde pause. 

- Donc, vous êtes ici par ce que vous n'avez pas le choix. 
Le Dark Angel fut surpris par la transformation de Valentine. Le chien fougueux c'était mue en inspecteur  implacable, la logique du krigien acculait l'eldar, Jeremian le sentait.

- Vous avez surement raison eldar, nous ne possédons votre savoir, et nous n'avons pas soumis la galaxie, mais par le trône, ne nous prenez pas pour des idiots.
Shilon Maurongael était dans les cordes et l'assemblée muette attendait sa réponse alors qu'une baisse de tension fit vaciller l'intensité des lumiglobes.

- Nous possédons, commenca l'eldar, un vaste réseau de portails qui nous permet de voyager à travers la toile.

- La toile? Demanda Dauret incrédule.

- L'immaterium, repris Lysander d'un ton neutre qui aurait pu passer pour de l'agacement. 

- Attendez, intervint Weygand, nos astropathes sont muselés et aveugles, mais vous, vous pouvez vous balader à votre aise? La remarque fit sourire l'assemblée qui se tourna vers Maurongael :

- Notre technologie Mongheig, est autrement moins primitive que la votre. Jeremian nota que la réponse de l'eldar avait vexé Weygand, mais avant que celui-ci ne réponde Maurongael ajouta:

- Nous pourrions également vous apporter un aide logistique et matérielle. 

- Par quel moyen, vous ne pourrez pas forcer le blocus Tyranide? Demanda Jeremian dont la remarque avait aiguisée la curiosité.


 - Nous avons accès à certains de vos dépôts de munitions hors système, nous pourrions vous ravitailler grâce à nos portails.


- C'est du piratage, s'insurgea Weygand!


- C'est inespéré, corrigea Jeremian avant de reprendre:


- Admettons que nous soyons d'accord, quand sériez vous prêt à livrer?


- D'ici deux à trois jours lui répondit l'eldar.


Les perspectives d'une aide eldar n'enchantait pas spécialement le Dark Angel, mais il n'aurait pas d'autre opportunité comme celle-ci.  Jeremian jeta un coup d'oeil aux membres de la coalition. L'espoirs était visible sur tous les visages hormis ceux de Lysander et Weygand qui demeurèrent impénétrable. 


- De combien de combattant disposez-vous? questionna Lysander.


- Plusieurs milliers, lui répondit Maurongael, mais pour notre propre sécurité, je ne puis vous donner les chiffres exacts.
Dauret se racla la gorge puis questionna l'eldar à son tour :


- Et seriez-vous prêt à en répondre à un commandement unique humain,  xénos? 


- Oui, répondit prosaïquement l'eldar. Perdu dans une réflexion tactique, Lysander hocha doucement de la tête puis demanda songeur :

- Bien, bien, et tout cela sans contre partie? 

- Si, répondit Maurongael.

- Nous y voilà, persiffla Curke.  

Ignorant la remarque, l'eldar poursuivit :

- Premièrement, nous conserverons secret l'emplacement de nos portails afin d'éviter toutes intrusions. Deuxièmement, je n'en répondrais qu'à ce Mongheig, dit-il en désignant Jeremian du doigt. Troisièmement, si nous parvenons à repousser les tyranides et le grand ennemi, notre alliance prendra fin. Et enfin, si nous venions à découvrir la moindre tentative de trahison de votre part,  notre accord sera caduque et nous évacuerons la planète.

- Alors nous voici alliés de circonstance!! s'engoua Dauret.

- Et les necrons alors? demanda Valentine dont le phrasé  s'était rafermit.
 Ce fut Maurongael qui fut le premier à répondre :

- J'ai consulté les trames du destin et les futurs potentiels semblent converger en un point, les necrons seront plus enclins à lutter contre les tyranide que contre nous.

- Foutaises! coupa Valentine. Ils tapent simplement tout ce est à portée de tir, et j'ai beaucoup de soldat qui pourrait le confirmer...

- C'est à dire? demanda Lysander.

- Le commandant a vécu une mauvaise expérience avec les nécrons, expliqua Jeremian.

- Mauvaise expérience... S'offusqua Valentine. Je les ai rencontré sur Gobi II alors que nous combattions les tyranides. Ils nous ont tout d'abord aidés, puis ils se sont retournés contre nous. 

- Aidés? Curke semblait déstabilisé tant sa voix s'était éteinte. Valentine, le regard perdu dans un océan de souvenir douleur, n'en dit pas plus et conclu simplement :

- J'ai laissé beaucoup trop d'hommes là-bas. 

- Moi aussi commandant, souligna Jeremian pour appaiser le krigien. J'ai  également affronté ces xénos à de maintes reprises, puis j'ai analysé les données de combats. Grâce à cela j'ai pu extrapoler certaines tendances qui corroborent celle de notre allié. Weygand tiqua, et mâchonna ses lèvres pour les garder scellées. L'idée d'une alliance même non formelle semblait lui couter à lui plus qu'à tout autre, mais Jeremian focalisé sur son idée poursuivit : 

- Leurs mouvements sur la planète, les positions qu'ils occupent, ou les alliances de circonstances... rien dans l'attitude des nécrons ne  prouve que nous soyons leurs cibles prioritaire. À les observer, ils donnent l'impression de poursuivre un but précis, et ce n'est pas l'expansion territorial. Par exemple, mes éclaireurs m'ont rapportés une présence necron non loin de Charity Tercius, il y a de ça quelques heures.

- Charity Tercius se trouve à l'extrémité Ouest de la ligne Thermopyles, n'est-ce pas? voulu s'assuré Dauret dont la compréhension stratégique globale semblait limitée. 


- Oui Gouverneur, confirma le commandant Weygand. 


- Mais rien ne prouve qu'ils ne se tournerons pas contre nous, contesta Valentine qui peinait à oublier Gobi.

- Certes Commandant Valentine, acquiesça Jeremian, c'est quitte ou double. Il laissa un instant ses mots imprégner les esprits. Mais s'ils sont décidés à frapper les tyranides, et bien par le Trône de Terra, je préfère qu'ils soient en première ligne. 

- À propos de ligne, intervint Lysander, j'ai profité de vous attendre, pour concevoir un plan de renforcement de la ligne Thermopyles. 

- Les talents de bâtisseur votre chapitre son légendaire Frère Capitaine, dit Jeremian.

- J'espère justifier ces légendes sur Nevdaa. J'ai avec moi un corps du génie du mechanicum ainsi que mes propres troupes pour mettre en place mon plan de fortification.

- Je vous remercie pour votre soutien
frère, dit Jeremian.

- De plus, reprit Lysander , j'aimerai profiter de cette assemblée pour établir une établir de commandements claire. Nous gagnerons en cohésion si nous structurons nos forces. 


- Vous pensez à quelqu'un Monseigneur? s'enquit Dauret.

L'assemblée se tourna attentive vers Lysander qui prit une seconde de réflexion avant de parler :

- Oui, je propose le Maître de Compagnie Jeremian. Il possède les compétences tactiques et la connaissance du terrain nécessaire. 

- Je vote pour, dit Valentine en s'avançant vers le centre de la table.

- Le commandant Weygand et moi même appuyons cette candidature, s'engagea le gouverneur.

- Je parle au nom des trois cités ruches, nous mettons nos ressources à votre disposition Monseigneur, compléta Sauzé. Godlin enchaina :

- Pour ma part, je consens à placer la flotte impériale de Desert sous votre commandement Seigneur Jeremian. 

- J'accepte les termes de notre contrat, avalisa Shilon Maurongael.

- À l'unanimité, frère, nous vous confions nos destins, conclu Lysander.

- L'empereur m'en soit témoin, je jure d'honorer votre confiance. Dans ces conditions, je vais devoir établir mes quartiers ici afin de coordonner nos forces plus efficacement. J'aimerai également aborder le problème de la sécurisation des communication, mais je dois d'abord me rendre à mon thunderhawk pour récupèrer du matériel et donner mes instructions. 

- Je propose, commença Dauret en se levant péniblement de son fauteuil, de suspendre momentanément ce briefing, et de nous retrouver ici même dans une heure. 

L'assemblée avalisa cette proposition. Jeremian se dirigea donc vers la sortie alors que Fraxis réapparu pour l'accompagner à son vaisseau.

- Mongheig, l'interpela l'eldar. Jeremian se retourna pour lui faire face. 

- J'aimerai vous entretenir, dit-il en s'approchant.

- Je vous écoute, répondit le Dark Angel. 
Maurongael considéra leur entourage immédiat puis ajouta :

- Seul à seul.

- Soit. Alors accompagnez-moi à mon appareil, lui répondit-il. Il se tourna vers Fraxis qu'il stoppa d'un geste de la main :

- Je retrouverai mon chemin, je vous remercie. L'intendant tourna les talons sans demander son reste et ils sortirent tous deux de la pièce. Ils traversèrent le quartier général en silence. Jeremian attendait que l'eldar prenne l'initiative, mais quelques minutes plus tard ils furent rendus à la plateforme sans que celui-ci n'eut prononcé un mot. Ils s'arrêtèrent tout deux, l'Eldar sorti une pierre de la besace suspendu à son côté et prononça quelques mots dans un dialecte inintelligible pour Jeremian.

- Que faites vous? demanda ce dernier sur ses gardes.

- Je nous isole, répondit l'eldar qui se tourna enfin pour lui faire face. 
Il retira son casque, découvrant des yeux bridés verts émeraudes entourés d'un visage à la peau pâle et aux traits délicats. Lorsqu'il reprit la parole, sa voix nue se mit à chanter dans un agréable haut gothique:

- Le grand ennemi est parmi-nous, mong... il hésita... humain, se reprit-il.

- Je le sais bien eldar. 

- Non, je veux dire qu'il était avec nous tout du long, dans la salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmazael
Pyrovore
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2015
Age : 35

MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   Mer 4 Jan 2017 - 9:08

++ Nevdaa IV \ Loukba \ sol 576 \ 8h24 ++

Azriel fit bouger sa nuque afin de l'assouplir. Debout, sur le pont du Tears of Caliban, il gardait une oreille sur les échanges qui passaient au travers dans son casque. Il était moins familier avec la pesanteur des armures terminator qu'avec la flexibilité son habituelle MK5. Cependant son plan exigeait une téléportation, et seules ces carapace d'adamentites pouvaient lui offrir cette possibilité. 

- Par le trône d'or, nous devrions être assignés à la traque de Karaveda, pas à des patrouille,  geignit le Frère Arzim par le canal de sa radio.

Azriel comprit ce qu'Arzim voulait dire. Tactiquement il incombait au chapitre astartes de remplir les mission les plus pointus sur un theatre d'opération de cette ampleur. Mais le cataclysme qui menaçait de s'abattre sur la ligne Thermopyles exigeait de revoir certains protocoles tactiques.

- Frère Arzim, si je vous fais transférer dans l'unité de traque, promettez-vous de ne plus chouiner sur le canal radio jusqu'à la fin de cette mission? répondit Azriel.
Arzim compris la réprimande et se tue.

Les deux astartes étaient séparés d'un kilomètre. Arzim patrouillait dans les rues de Loukba avec le gros du détachement Dark Angel. Les quatre escouades tactiques et les motos de la ravenwing quadrillaient la zone. 
En quatre heure de patrouille aucune activité tyranide n'avait été repérée. Mètre après mètre les astartes progressaient méticuleusement, passant au peigne fin chaque immeuble décrépit, chaque commerce en ruine, et chaque tunnel effondré. 

- Frère Azriel, je crois avoir repéré du mouvement, c'était bref. Demande autorisation de monter avec mon escouade pour inspecter la zone, dit Rodan, le porteur de lance missile. 

Rodan était un excellent tireur et un bon meneur d'homme. Le codex astartes conseillait de diviser les tâches au sein des unités afin d'optimiser la réactivité de chaque membre. Mais ses compétence lui valaient d'être régulièrement assigné en leader lors des déploiements à cinq. 

- Accordé escouade Rodan, répondit Azriel, attendons confirmation. 
L'archiviste bascula sa radio sur le canal général :
- À toutes les unités, mettez-vous à couvert et balayez la zone, présence xénos suspectée.

- Escouade Arzim bien reçu.

- Escouade Zanviel bien reçu.

- Escouade Croziel bien reçu.

- Escouade Obriel bien reçu.

À bord du Land Raider "Tears of Caliban"  seul un plafonnier de couleur rouge illuminait la soute aménagée. L'archiviste, entouré d'une escouade de terminator n'attendait qu'une confirmation de contact pour activer le module de téléportation. Il s'agissait d'une manœuvre assez courante au sein de la deathwing, mais Azriel en détestait les effets physiques.
 Un lourd silence planait dans le compartiment du Land Raider. Ses moteurs avaient été éteint afin d'employer l'énergie du véhicule à la téléportation, mais aussi pour préserver la couverture de l'escouade. Azriel savait que les tyranides étaient proches. Il avait  suivit la progression de la marée xénos de très près depuis ses basses arrières, aux confins sud des anciennes plaines céréalière, jusqu'à la ceinture équatoriale. Depuis le replie de Zangust quelques jours plus tôt, Azriel savait que la prochaine rencontre avec les tyranides marquerait le début d'une vaste offensive xénos. La ligne Thermopyle, ainsi avait été baptisé un front de deux cent kilomètres ou s'étaient installés à la hâte les forces combinées de l'Astra Militarum, des FDP, de l'Astartes et même des elda, qui occupaient les segments Est de la ligne. Les positions sommairement renforcées devaient contenir le raz de marée tyranide et Loukba représentait le coeur de la zone contrôlée par les Dark Angels. Rien ne devait passer, si la coalition souhaitait conserver une chance de victoire, et cette responsabilité galvanisait l'archiviste et ses hommes.

Un petit clip attira l'attention d'Azriel sur l'astartes à sa gauche. Le frère Biriel vérifiait une nouvelle fois le fonctionnement de son arme, c'était sa façon de rester concentrer sur sa
mission. À la droite de l'archiviste, le frère Mylios paraissait plus grand que les autres, mais sa posture immobile ne disait rien de son état d'esprit. C'était un homme d'un calme mutique, presque figé lorsqu'il n'était pas en combat. En revanche une fois  dans la mêlée, il s'avérait être une machine de mort implacable et méthodique. Même si Azriel n'était pas proche de l'homme, il n'en n'admirait pas moins l'astartes qu'il était. 

Dans le casque d'Azriel une rune de communication s'allumait. Elle correspondait au canal vocal du frère Debrius qui, comme à son habitude, devait psalmodier ses litanies de batailles. Lorsqu'il combattait à ses côtés, l'archiviste avait pour habitude de couper son canal, jusqu'à ce qu'il fut sur le terrain. Cela avait tendance à le déconcentrer dans sa propre préparation psychique. Cependant dérogeant à ses habitudes Azriel ouvrit le canal pour s'assurer que tout allait bien pour Debrius.
 
- ... pereur est avec moi, il guide ma lâme et reigne sur mon âme. Je tuerai en son nom, et chasserai l'hérésie pour obtenir le pardon. Je crois en sa parole, je crois en sa vérité et nul ne porte... 

Rassuré, Azriel muta le canal pour revenir à ses propres considérations : faire le vide pour effleurer de son esprit les courants de l'immaterium. Il ne s'agissait pas tant d'une habitude que d'une nécessité pour tout psyker aguerri. Chaque manipulation du warp représentait un danger, mais il devait tester l'étanchéité de sa coiffe psychique avant chaque combat. En cas de disfonctionnement il pouvait encore en changer pour s'éviter de saborder sa mission. Il entra avec prudence dans l'immaterium et commença à en sonder les remous. Malheureusement l'arrivé des tyranides sur la planète avait bouleversé sa perception de l'ether. Il en entendait le ressac mental, mais ne pouvait le contempler. Azriel avait l'impression d'être dans une pièce obscure dans laquelle on aurait laissé couler un robinet. Bien qu'handicapé, l'archiviste senti que l'intégrité de sa coiffe n'était pas compromise. Il souffla légèrement pour réguler l'afflux d'adrénaline que provoquait une telle expérience. Le sergent deathwing Brabas l'entendit et demanda :

- Tout va bien Frère Azriel? 

Ce dernier ouvrit les yeux et se tourna vers Radamante Brabas qui semblait l'observer à travers les lentilles de son casque.

- Oui Frère Brabas, répondit-il, je vérifiait simplement mon matériel. 

Les deux hommes étaient proches, c'était peut-être pour Azriel ce qui se rapprochait le plus d'un ami. 
 Ils étaient tous deux issus de la même promotion et avaient gravi les échelons au même rythme. L'un avait été affecté à la deathwing grâce à ses prouesses martiales et son habileté à commander, alors que l'autre de par ses facultés naturelles avait été formé par Ezekiel lui même pour devenir l'archiviste qu'il était. Ils leur arrivaient assez régulièrement de se retrouver pour parler, méditer ou s'entraîner et cela plaisait à Azriel. Les psykers ayant un statut à part au sein du chapitre, il leur était difficile de tisser des liens, et cette amitié avait permis au psyker de préserver une partie de lui-même, malgré le conditionnement terrifiant qu'il avait dû subir. Brabas lui, appréciait  l'humour d'Azriel. L'homme était austère, mais pas insensible comme pouvait le devenir certain astartes au fil des guerres. Il manifestait une attention froide pour ses hommes, mais une attention tout de même. Il veillait en permanence  à leur offrir un commandement juste et approprié mais Azriel était le soupçon de légèreté qui manquait à la vie monastique d'un Dark Angel.

L'archiviste reporta son attention sur le frère Razian qui revenait lui, tout juste de l'infirmerie après quelques jours de convaléscence. Il était le porteur d'arme lourde de l'escouade.  Ce jour là, il était équipé d'un massif canon d'assaut dont la cadence de tir surpassait de loin celui des bolters d'assaut conventionnel.

- Pas trop lourd frère Razian? demanda Azriel, autant pour s'assurer que tout allait bien, que pour taquiner l'astartes. 

- Affirmatif Frère Archiviste, il me tarde d'épurer les rangs des ennemies du Saint Empereur!

Razian était quelqu'un de formel à l'extrême et tout comme Debrius il manifestait une foi infaillible. Cependant il passait pour être un impatient chronique. Cela aurait pu lui couter la vie à de nombreuse reprises, mais il su avec le temps compenser cet handicape, en développant une force supérieur à celle d'un astartes standard. Il avait d'ailleurs très vite gagné une place au sein des devastators et y avait opéré pendant de nombreuses années, s'exerçant comme un forcené au tir à l'arme lourde. D'une victoire à l'autre il avait fini par être promu au sein de la deathwing, élite parmi l'élite. Azriel était heureux que le terminator soit de nouveau opérationnel et il savait pouvoir compter sur lui.

- Es...uade ..dan à Azriel, nous ... en p..., le message de Rodan était tronqué, ce qui contraria l'archiviste. 

- Répétez Rodan, la communication est instable! Ordonna Azriel.

- Nous sommes en position escouade Azriel, rien à signaler, repris Rodan dont la connexion s'était rétablit. Il m'a pourtant sembler voir quelqu....

- Ici escouade Obriel, contact à midi!

Les tyranides déniaient enfin se montrer, le moment de vérité était enfin arrivé.

L'escarmouche avait débutée, mais Azriel et son escouade se trouvaient toujours immobile dans la pénombre à bord du Tears of Caliban.  L'archiviste attendait le bon moment pour se téléporter. Toute sa stratégie reposait sur les balises embarquées sur les motos de la ravenwing. Attendre, juste encore un peu, et gérer immobile un combat qui se déroulait à un kilomètre de lui.

- Escouade Obriel, identifié les xénos, ordonna Azriel.

- De tout Azriel!  2, 3 et deux volants de 1ère catégorie, répondit Obriel.

- Bien reçu, contournez et donnez le signal quand vous êtes prêt Obriel. Azriel tenta de projeter son esprit dans le warp pour visualiser le champ de bataille, mais l'ombre généré par les tyranides le contraint à abandonner rapidement. Il revint donc aux communications, impuissant. 

- Ici Zanviel j'ai un xénos de deuxième catégorie dans le viseur!

- Escouade Croziel dispersion, et tir de balayage.

- Ravenwing, tir de barrage et contournement!

- Escouade Arzim avec moi feu.

Brabas ouvrit sa radio et s'adressa à son escouade uniquement :

-Frère préparez vous à la téléportation!

Azriel continuait d'écouter les transmissions de son détachement et en profita pour ouvrir le canal de Debrius qui avait cesser de prier. L'astartes était maintenant muet, dans son combat. 
De temps à autre Azriel pouvait  entendre à l'oreillette le son étouffé des tirs à travers les casques, il aurait aimé être au côté de ses frères, il aurait aimé être déjà au combat.

- Ici Escouade Croziel le sergent est à terre.


Azriel resserra la prise autour de sa hache. Dans les escouades Dark Angel chacun connaissait l'ordre d'attribution du commandement ainsi jamais la chaine ne pouvait se briser. Azriel connaissait les ordres d'attribution de chacune de ses escouades et aussi savait-il que l'astartes Nezian prendrais le relais de Croziel. Seulement, il regrettait toujours la perte d'un frère de bataille.

- Obriel, ou en êtes vous? Demanda-t-il.
Aucune réponse ne lui parvient alors il réitéra sa demande:

- Escouade Obriel, faites moi un rapport sur votre position, répondez.
Le canal radio resta muet, et se fut Brabas qui répondit sur un canal privé :

- Frère, commença-t-il...

- Oui je sais ce que va veut dire Radamante, le coupa Azriel. Escouade Rodan, nous allons devoir sauter à l'aveugle, j'ai besoin de coordonnées avec un champ de vision dégagé sur l'ennemie. 

- Affirmatif Escouade Azriel, je vous calcule ça. Les secondes qui suivirent parurent durer une éternité à l'archiviste alors que les messages radios continuaient de se succéder :

- Ici Escouade Croziel, Nezian est à terre. 

Nezian tombé, Berial prendrait le relais, mais c'était tout de même une perte. Au delà de Berial, les membres restant étaient deux bons astartes, Chozi et Morab mais ils manquaient d'expériences dans le commandement. D'autre coups de feu résonnérent faiblement à travers la radio, puis Rodan transmit son message :

-  Azriel, voici les  coordonnées: 224.379.29-20

- Bien reçu! Il bascula le canal de sa radio sur la fréquence réservée à son escouade et s'adressa à ses hommes : 

- Messieurs, décompte avant téléportation enclenché : 3, de petits arcs électriques crépitèrent autour de leur armure,
-  2, tous les deathwing adoptèrent la position de téléportation réglementaire alors qu'une forte odeur d'ozone s'engouffrait dans l'armure d'Azriel, 

- 1, Azriel ferma les yeux et retint sa respiration

- Saut! En un instant son corps se dématérialisa dans la soute du Tears of Caliban et tout s'éteint. L'archiviste douta d'exister pendant une fraction de seconde, puis il se rematérialisa un kilomètre plus loin.

Les instants qui suivaient une téléportation étaient les plus critiques. Azriel rouvrit les yeux, un halo blanc brouillait sa vision, mais il devait trouver au plus vite des repères pour être réactif. 

Le flash de la téléportation, imprimait un voile lumineux rémanent sur la rétine.

  Azriel dû attendre quelques secondes avant que la surcharge lumineuse ne désengorge ses nerfs optiques. Alors d'un univers de lumière pur, la vision des terminators se transforma en un univers de formes floues, qui fut bientôt lui même, remplacé par la lumière naturellement malade de Nevdaa. Les effet de la téléportation s'étaient enfin estompés, et dans son casque, les runes de visées d'Azriel s'activèrent.
Enfin opérationnel, l'archiviste pu
faire un état des lieux. Tous ses terminators avaient réussis leur saut. Face à eux, un détachement tyranide leur tournait le dos. Quatre créatures de seconde catégorie type zoanthropes, escortées à droite et à gauche par des organisme de troisième catégorie termagants. Quasiment à leur zénith, deux énormes créatures soulevaient la poussière par le puissant battement de leurs ailes. Le tout évoluait au milieux de la fumé des combats. 

Azriel repéra sur sa gauche l'escouade Arzim qui progressait, à découvert, dans la direction du pack xénos à travers la chaussée. 

L'archiviste plongea dans le warp et partagea sa vision du futur immédiat avec l'escouade tactique afin que celle-ci anticipe d'une fraction de seconde le mouvement de ses cibles.

- Escouade Arzim, feu! L'archiviste vit des traits de bolter percer l'air et abattre quelques termagants à travers l'encadrement d'une fenêtre.
Pour sa part Azriel choisit les zoanthropes : 

- Pour l'empereur, deathwing, tir groupé sur les psykers! Dit-il.

Razian fut le plus prompt à réagir et le roulement dantesque de son canon d'assaut abattit l'un des psyker ennemie en traversant à plusieurs reprises, aussi bien le bouclier psychique de la bête, que son corps serpentin. L'instant d'après ce furent  les bolters d'assaut qui déchirèrent le corps de deux zoanthropes supplémentaires, épargnant par malchance l'un des xénos.

Les tyranides se rendirent compte de la présence astartes dans leur dos. Le zoanthrope survivant se retourna vers la deathwing et expédia un éclair d'énergie sur eux. Azriel crut avoir encaissé le tir, mais Razian tomba à genoux, et le poid de son canon d'assaut le fit basculer sur le côté.

 Les termagants d'escortes à gauche du pack firent volte face, et prirent sans succès les terminator sous une rafale de tirs organiques, avant de bondir sur eux pour un corps à corps sanglant. Plus vives, les griffes tyranides raclèrent vainement les armures, puis ce fut au tour des astartes de frapper.  La puissance démultipliée des gantelets énergétiques traversa les chitine avec une facilité deconcertante. En quelques passes d'armes, les terminator eurent écrasés les termagants. Libéré, Azriel releva la tête. Le pack avait poursuivit sa marche et était passé hors visions à la faveur d'un angle d'immeuble. 

Dans le sillage des xénos, l'archiviste pu constater quel genre de destin l'escouade Obriel avait rencontré. Les trois pilotes de la ravenwing, les armures rongées de toutes parts, gisaient sur le sol poussiéreux, leur motos étendue à leur côtés.

- Ici escouade Rodan, feu sur le tyran des ruches!

- Ici escouade Croziel, nous sommes... La communication s'arrêta de façon abrupte.

Azriel régla sa radio sur le canal d'unité :

- Deathwing, avec moi, allons sécuriser la rue. 
La visibilité était mauvaise tant la poussière charriée par la violence des combats était dense.

- Escouade Arzim, demi tour on va soutenir Rodan!

En contournant le bâtiment, ils débouchèrent sur la rue pour constater que le tyran des ruches avait débusqué l'escouade Rodan sur le toit de l'immeuble.

- À toutes les unités, ciblez le tyran! Ordonna Azriel sur le canal général.

Les armes astartes tracèrent des lignes de feux dans les airs, mais après cette première salve rageuse, la fumé des bolts se dissipa, découvrant un tyran des ruches indemne. Le monstre descendit délicatement vers le sol et se posa. Il se plaça face à la balafre de l'immeuble et pointa ses armes sur une cible qu'Azriel devinait être l'escouade Zanviel. 

- Frère Archiviste! Le crie venait de Debrius, mais Azriel n'eut pas le temps de réagir parce qu'il fut  pris sous une série de puissantes explosions qui le projetèrent au sol. L'affichage de ses constantes vitales  signalait une hémorragie, mais sa constitution poste humaine tentait déjà de remplacer les tissus endommagés. Une main sous l'aiselle le souleva. La sueur perlait sur son front et troublait sa vision, mais il reconnu Brabas :

- Par le trône, debout Frère! L'encouragea le sergent. 
Azriel parvint à se remettre péniblement sur ses pieds. Une fois debout il inspecta les alentour pour voir la seconde créature ailé : Virago surgir derrière une façade en ruine, puis se poser en surplomb de sa position. 

Le corps d'Azriel peinait à refermer ses chairs meurtries, ce qui embrouillait son esprit. 

- Escouade Azriel, feu sur la virago!
Les bolters d'assaut déversèrent le contenu de leur chargeur sur le monstre, et les impacts firent tressaillir son corps monobloc. La riposte astartes avait déchirée en plusieurs endroits la membrane de ses ailes, mais l'énormité vivait toujours. Loin dans son champ auditif Azriel entendit:

- Esco... Zanviel... ouvert!

Non loin, Azriel vit l'escouade Arzim prendre le Tyran des ruches à partie, mais la chitine du monstre sembla encaisser les dégâts. Pire encore, le monstre redécola pour atterrir sur le toit ou devait se trouver les survivants de l'escouade Rodan.
Du pied de l'immeuble, Azriel ne percevait pas grand chose de l'action, si ce n'est la silouhette du tyran qui semblait combattre un adversaire que le Dark Angel ne pouvait apercevoir. 
Le monstre finit par s'immobiliser, puis il tourna la tête avec une lenteur prédatrice. L'espace d'une seconde le monstre plongea son regard dans l'âme même de l'archiviste. À ce moment précis... Azriel ce perdit dans ses yeux. Ce qu'il ressentait, dépassait toute mesure : la faim.
Dévorante, hors de contrôle, un appétit capable de soumettre toute volonté, la faim sous sa forme la plus absolue, l'esprit de la ruche.
L'archiviste fut prit d'un grand spasme qui le souleva presque de terre. 
Le corps meurtrie d'Azriel luttait désespérément pour soigner ses blessures, mais l'astartes continuait de se vider de son sang, il le sentait alors que sa vue déclinait.
Par sa seul volonté il reprit le contrôle de son corps et sa vue revint. 
Le xénos faisait lentement pivoter son  énorme corps et pointa ses membres cracheurs vers la deathwing. La voix de Zanviel raisonna au même instant dans l'oreillette du psyker :

- Ici Zanviel nous avons abattu un groupe de genevores! Azriel nous revenons vers vous.

Le tyran lâcha un torrent d'organismes qui obscurci le ciel d'Azriel, et comme une volée de flèches, leur vol semblait suspendu dans les airs. La seconde qui suivi, la deathwing fut submergée par
 un flot d'insectes dont le crissement satura les hauts parleur de son armure terminator. La puissance de projection était telle, que chaque insecte frappait comme un bolt. Il ne fallu qu'un instant aux bio-munitions pour percer les armures endommagées.

Ce qui avait débuté pour Azriel comme un crissement désagréable, devint alors une insupportable douleur qui déchira l'archiviste de toute part. Même sa physiologie modifiée ne pu supporter une telle souffrance, il perdit connaissance.
Après l'armure, les insectes avaient dévorés les chaires exposées du Dark Angel.

Il se réveilla quelques instants plus tard, on le trainait.

- Tears où êtes vous? Exfiltration, je répète, exfiltration! annonça Arzim sur le canal général. 

Azriel tenta de bouger, mais son corps l'abandonna là, ses yeux fixant  le ciel.

Dans un grand fracas le Land Raider se fraya un chemin jusqu'à la position d'Arzim. Aidé de Zanviel, ils avaient rassemblés les survivants de l'opérations autour du point défini lors du briefing. La trappe avant du Land Raider s'ouvrit et tous y montèrent emportant les blessés avec eux. Ce fut Biriel qui actionna la commande de fermeture du véhicule. Arzim jeta un ultime coup d'oeil au champs de bataille. 
Grouillant, courant, ondulant, une nouvelle nuée tyranide envahissait la zone. Elle se déversait sur le champ de bataille en une vague carnassière qui s'apprêtait à les submerger. 
La trappe se scella tandis que le pilote mit les gaz. 

- Arzim prenez le lance flamme gauche, Rika le droit, Belem au bolter! ordonna Zanviel toujours lucide et dans le feu de l'action.

Arzim s'exécuta, il était familier de l'arme. Lorsqu'il prit place et visa par la meurtrière, il pu constater que les tyranides était déjà loin, et jugea inutile de gâcher du prometheum. Belem lui, tira quelques rafales bien ajustées pour abattre les créatures les plus menaçantes,

Sur le pont, Zanviel et Biriel auscultaient les blessés. Zanviel se pencha sur le corps rongé et inerte d'Azriel. 

- Comment va-t-il? se risqua Arzim qui avait vu la scène du coin de l'oeil.

- Il est mort frère, lui répondit Zanviel. Tears, prévenez le Capitaine Eilema que nous rentrons.

- À vos ordres! 

Arzim sentit naître au creux de son ventre un vide abyssal, Arziel était mort. Le vide gagna son âme toute entière, il ne s'était jamais senti aussi seul.

- Je vous promet de ne plus jamais chouiner Azriel! Mais je promets de ne vous pleurer qu'au moment voulu! 

Arzim se focalisa sur la meurtrière de son arme lourde, pour refouler sa peine, la bataille de Loukba ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques de Rakshasa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques de Rakshasa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques de Rakshasa
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée
» Rice Anne - Memnoch le démon - Chroniques des vampires tome 5
» LES CHRONIQUES DE MACKAYLA LANE (Tome 2) FIEVRE ROUGE de Karen Marie Moning

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Grand Carnassier  :: "La Grande Bête est venue, devoreur de mondes..." :: Background-
Sauter vers: