Le Grand Carnassier

Forum tyranide francophone
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Chute de Spentris III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Korryf
Spore mine
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 24
Localisation : Lyon

MessageSujet: La Chute de Spentris III   Dim 9 Jan 2011 - 16:52

C'est peut être un peu long...
S'il vous plait, le plus de critiques possibles!
En esperant ne pas m'être trompé d'endroit pour le poster,
Merci et bonne lecture...


LA CHUTE DE SPENTRIS III

Salaman IX
Quartier E5422
Eglise de la Sainte Croisade
14 :54 :23

Dans les rues en ruine de Salaman IX, une spore mine flottait doucement entres les débris de Chimères et de véhicules civils, ses longs tentacules ruisselants d’acide laissant un trace sur le béton abîmé et couvert de neige de la route. Un tir laser bien placé mit fin à ses jours, dans une grande projection d’acide qui transforma une carcasse de voiture voisine en une flaque informe.

« Joli tir, Lebed! déclara le Soldat Karo, en sifflant admirativement devant l’explosion colorée de la mine.
-Da …mais ça ne nous avance a rien, c’était juste une spore. Iakov a réussi à joindre le reste du régiment ? » dit Lebed, en réajustant son écharpe entre le col de son uniforme et le respirateur de son casque.
La mine de Karo se rembrunit : « Je vais voir ça… ».

Avec un soupir, le soldat 1e classe Lebed inséra une nouvelle cartouche énergétique dans son fusil laser, puis le régla en mode pleine puissance : lorsqu’on est tireur d’élite, un tir doit suffire. Pour le choix des cibles à abattre le Lieutenant avait été clair : « Visez les gros ». Lebed ne risquait pas d’oublier cet ordre car il avait vu comme tous les autres, le Lieutenant (l’Empereur ait son âme) foudroyé par un ‘‘Cortex’’. Il ne restait que la paire de botte en peau de grox dont il était si fier…

Du haut du clocher de l’Eglise de la Sainte Croisade, Lebed se remémora son arrivé sur cette foutu planète : un vaisseau les avaient largués, lui et le reste du Ier Kéran, sur une étendue glacée au large de Salaman IX, une des villes commerciales possédant un astroport de taille suffisante pour servir de plage de débarquement une fois investi, et qui, selon le Commandement, avait la population la plus importante de ce monde. Il se rappelait le voyage en Chimère sur les jardins verdoyants malgré les -40°. Les Tyranides font de bons jardiniers.

Puis, l’entrée dans la ville, avec les colonnes de réfugiés, défigurés, maigres, pervertis par les spores xénos… Il avait vu des mères manger leurs fils, des hommes abattre leurs femmes et des enfants assassiner leurs parents pour une miette de pain. Les chimères et leur chargement humain était alors arrivés à la place centrale, que dominaient l’Eglise et l’Administratum, et le Lieutenant leur avait attribués leurs positions. Lorsque les ¾ du régiment furent partis, une vague de gaunt, ces ‘‘cafards’’, dirigés par un Zoanthrope, avait pris la place d’assaut. Les Chimères avaient ouvert le feu et l’air avait l’odeur d’ozone caractéristique des tirs lasers. Mais il en venait toujours plus. Une vingtaine de braves soldats de l’Empereur sont tombés sous les projectiles xénos, et le Lieutenant à été proprement ‘‘vaporisé’’ par un éclair warp, sans qu’une seule perte ne fut signalés dans les rangs ennemis. La situation avait évolué avec l’arrivée de renforts et le schemas qu’avait déployé le Commissaire Debrakov, et Lebed se rappelait avec plaisir l’explosion de la créature cervelle, lorsque celle ci avait fait la rencontre d’une roquette anti char plutôt efficace...

Le Commissaire avaient redéployé ce qui restait du premier peloton, et ça faisait maintenant six longues heures que le contact radio avait été perdu avec les autres Armées de la Garde… Enfin, d’après Iakov, et l’Empereur sait que l’on ne peut pas faire totalement confiance à un tel alcoolique.

Un mouvement dans le bâtiment voisin, un vieille immeuble d’habitation à plusieurs étages dont la toiture était infestée de spore, sorti Lebed de ses pensées. Il saisit sa lunette sur la table parmi une marée de chargeurs et de rations en désordre, et entreprit de l’accrocher sur son fusil. Il porta le viseur à son œil et se retrouva soudain dans ce qui avait dut être une chambre d’enfant. Un civil d’âge mur tirait avec une arme à poudre désuète sur une cible hors de son champ de vision. Mais au visage de l’homme, ça devait être terrifiant… Comme pratiquement tous les organismes d’attaque Tyranides.

Lebed hésita à demander à son escouade de venir en aide à cet homme mais finit par se convaincre que tenter une sortie aurait été trop risqué, et « inutile » sur le plan militaire. Il observa donc placidement, après avoir lâché une bordée de jurons remettant en question le métier et la qualité de la génitrice Tyranide.

Tout à coup, une forme élancée sauta dans les airs vers le malheureux. Dans un réflexe fulgurant, Lebed fit feu et toucha l’hormagaunt au niveau du cou, lui arrachant littéralement la tête. Stupéfait, l’homme se tourna vers la fenêtre, sûrement étonné de ce renfort soudain. Il ne vit donc pas le second ‘‘Trancheur’’ venir. La créature le transperça de part en part de ses griffes avant de se mettre à le dévorer. Alors que Lebed le visait soigneusement, le ‘‘Trancheur’’ releva sa tête cornue vers lui, un morceau de poumon dans la gueule. Il vit briller dans ces yeux une intelligence froide, et une faim inhumaine. Il pressa la gâchette du fusil, plus par surprise et peur que par sa propre volonté. La détonation fit tomber le soldat au sol.
« Surchauffe, le canon est foutu, blyad’ ! »
En se relevant, il récupéra la lunette et fut satisfait de voir la cervelle du gaunt tapisser le mur de la chambre.

Bam. Un bruit sourd. Celui d’un corps qui tombe. Attrapant le fusil de Karo, Lebed se retourna et avança prudemment dans l’escalier. Il blasphéma alors qu’il faillit glisser sur le sol humide. Humide ? Il alluma la lampe torche fixée sous le canon de l’arme. Le sol était trempé de sang. Il avança courbé dans la salle secondaire, une goutte de sueur glissant le long de sa tempe gauche, et ce n’était pas la température polaire qui pouvait en être l’origine. Une forme massive se tenait dans l’encadrement de la fenêtre, tournant heureusement le dos à Lebed. Dans les tentacules qui lui servaient de gueule se trouvait la tête de Karo. Les extensions semblaient entrer dans le crâne par les oreilles, les yeux et la bouche de son camarade. Tout cela avec un affreux bruit de succion.

Recommandant son âme à l’Empereur, il dégoupilla une grenade et la lança par-dessus le bureau derrière lequel il s’était caché. Le ‘‘Spectre’’ poussa un cri terrifiant lorsque dans une flash aveuglant, l’explosif détona. La grenade avait dut tomber au pied du Lictor car celui-ci fut défenestré. Le soldat jeta un coup d’œil par l’ouverture béante qu’avait creusé l’explosion. La créature était partie. Comme un fantôme. Apres qu’une grenade lui ait explosé entre les jambes et qu’il a fait une chute de trois étages, il ne restait aucune preuve de sa présence passée, hormis le cadavre mutilé de Karo, projeté contre un des murs.

Lebed fouilla prudemment la pièce et récupéra sur le cadavre affreusement lacéré de son camarade le matériel encore utile et nécessaire à son plan. En sachant que la créature pouvait de nouveau tenter de s’infiltrer par cette fenêtre, il la piégea soigneusement avec les grenades incendiaires au phosphore de Karo, du fil, et du sparadrap. Il eut un rire mauvais en pensant à la possible visite de la Mante... Cette fois ci, elle allait y laisser quelques tentacules.
Rire qui se brisa net lorsqu’il entendit les hululements et les cris d’alarmes. Avec son fusil (converti par ses soins) au canon fondu, il ne pourrait pas faire grand-chose du haut du clocher. Il le fixa à l’aide des sangles sur son dos, et rechargea le fusil laser basique de Karo. Apres avoir expiré un grand coup, il s’élança dans l’escalier en colimaçon, sautant les marches quatre à quatre. Il stoppa net au niveau du dernier escalier, celui-ci menant jusqu'à la grande salle, et d’où il avait une vision plus claire des choses.
A quelques mètres en dessous de lui, derrière les bancs massifs retournés, combattaient ses frères d’armes. L’atmosphère devenait irrespirable et la fumée des détonations brouillait le théâtre de la bataille, si bien qu’il enfila son masque à gaz.

Voir le monde à travers les deux lentilles du masque était effrayant. Les sons assourdis, restaient apocalyptiques: les fusils laser, sifflants leur brûlure mortel sur la peau des gaunts chargeant, dont il entendait la peau éclater et se vaporiser sous les décharges; les armes Xenos, dont certains projectiles vrombissant semblaient vivants et traversaient les gilets et les protections avait de dévorer peu à peu les chairs. Les grenades ne pouvaient être utilisées, dans un environnement aussi instable, vu l’état et l’âge de l’Eglise.

Un grondement lourd résonna dans tout le bâtiment alors que les servants mettaient en place le bolter lourd. Les projectiles explosifs mortels taillèrent leur chemin dans la masse de Termagaunt, laissant derrière eux des membres désarticulés.

Lebed reprit ses esprits et ressorti de sa contemplation morbide. Il sauta par-dessus le rebord et descendit le long des tubes d’un orgue qui semblait n’avoir pas trop souffert. Arrivé en bas, il se retrouva sur la position arrière, auprès des ingénieurs, des serviteurs et des officiers. Il chercha du regard un visage connu, et trouva celui du Lieutenant Sereja. Il courut près de lui, et se mit au garde à vous.

« Soldat 1ère Classe Sergueï Markovitch Lebdvened de la première escouade du premier peloton Kéran, au rapport, Sergent!
-Repos. Qu’est ce que vous foutez ici ? Vous êtes bien le sniper sensé tenir le clocher et prévenir des mouvements de troupes ennemis, non ?
-Oui, mon Lieutenant ! Mais j’ai du évacuer ma position, et mon observateur est mort. Le clocher n’est pas sur, il y a possibilité d’infiltration. On ne peut plus tenir l’Eglise, on doit battre en retraite sur une position sure ! »
Le sergent tremblait légèrement, et il se passa la main dans les cheveux en se retournant. Il soupira et plongea ses yeux dans ceux de Lebed.

« Les huiles sont parvenus au même conclusion. Malheureusement, l’astroport est tombé. Les autres armées se sont repliées hors de la ville, provisoirement, en prévision d’un deuxième assaut dans deux semaines. Quant à nous, nous sommes plus ou moins encerclés. Je ne sais pas ce que les têtes vont décider de faire du gros des troupes, mais j’ai besoin d’une escouade d’éclaireurs, et en tant que tireur d’élite, vous devez bien vous y connaître un peu, non ? On a perdu le contact avec les réguliers, depuis deux heures. Ils tentaient de voir si on pouvait se retrancher dans le tunnel routier qui relie la ville aux bases militaires des montagnes au sud. Apparemment, c’est non. Vous, vous irez à la base militaire Nexus Alpha et… »

Une explosion fracassante avait coupé le discours du Lieutenant, alors qu’un des murs latéral venait de s’effondrer. Une silhouette massive se découpa dans la poussière, et alors que les troupes Impériales refluaient prudemment pour organiser un périmètre de sécurité incluant cette menace, une langue de flamme vint s’écraser contre la position du bolter lourd. Les servants, transformés en torches humaines, furent réduits en un tas de cendres devant les yeux effrayés des soldats qui tentaient désespérément d’éteindre les flammes. L’un d’entre eux jura assez fort pour que Lebed, depuis sa position retranchée, parvint à l’entendre: « Ce feu ne s’éteint pas! Même l’eau n’y fait rien! ».
Un des officiers reprit la situation en main et ordonna à ses hommes de déclencher un déluge de feu sur l’ouverture. Plusieurs gaunts roulèrent dans la poussière, mais une créature massive parvint à se frayer un chemin jusqu’aux premières lignes. De forme trapue, progressant trop vite sur ses quatre pattes pour une créature de cette taille, et possédant un énorme canon soudé à son dos, elle avançait en envoyant les corps désarticulés des fantassins dans les airs par de grands coups de sa queue munie de lames.
Lebed se retourna vers le Lieutenant, et vit dans les yeux de celui-ci qu’il savait la fin proche. Lebed entama intérieurement une prière à l’Empereur, pris dans sa besace sa fiole de Vloska, la bue cul-sec et courut droit sur la bête. Alors qu’il n’était plus qu’a quelque mètres d’elle, il saisit les deux grenades qu’il lui restait, les dégoupilla, et se jeta en roulant sous la créature, échappant de peu aux crocs mortels qui lui avaient arrachés sa toque. C’est avec un grand sourire et des larmes de joies, qu’il se dit que bientôt, il reverrait les grandes steppes glaciales de Valhalla…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raptor Jesus
Dominatrix moderatrice
avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 24
Localisation : Rouen

MessageSujet: Re: La Chute de Spentris III   Dim 9 Jan 2011 - 22:40

Eh bien... avant tout si tu pouvais te présenter dans la section appropriée Very Happy

_________________
Modérateur, mais agent de la paix avant tout ^^

Pour ceux qui veulent voire ma flotte ruche Scylla c'est par là
Et pour mon fluff perso sur prandium c'est ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korryf
Spore mine
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 24
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: La Chute de Spentris III   Mer 12 Jan 2011 - 6:34

Excusez moi, je le fais dès demain, mais là, j'ai juste posté ce texte sur lequel j'ai rebossé pour me décontracter pendant mes partiels: aujourd'hui ce sont les dernières, donc j'aurais le temps de faire tout ça en règle =)
Mea culpa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Chute de Spentris III   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Chute de Spentris III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Hasselhoff devrait chanter pour l’anniversaire de la chute du mur de Berlin
» [Del Toro, Guillermo et Hogan, Chuck] La chute
» chute d'eau dans du lait
» [Terminé] La Chute...
» [Film] La chute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Grand Carnassier  :: "La Grande Bête est venue, devoreur de mondes..." :: Background-
Sauter vers: